Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Front de gauche veut reprendre le chemin de la rue

Publié le par Daniel Sario

Le Front de gauche, dont la coordination vient de se réunir, annonce une série de mobilisations partout en France, dont "une marche pour la justice fiscale" et l’annulation de la hausse de la TVA, le 1er décembre, à Paris.

Reprendre l’initiative politique. C’est l’ambition du Front de gauche, qui devrait notamment propose «une marche pour la justice fiscale», le 1er décembre. «D’un côté, les souffrances populaires grandissent. De l’autre, le capital continue de licencier et de tout faire pour se soustraire à l’impôt. La politique gouvernementale, qui a renoncé à combattre la finance, s’enfonce dans l’injustice… La droite, le Medef et l’extrême droite cherchent à en tirer profit en jetant la confusion sur les causes de la crise et sur les solutions nécessaires, en nourrissant un climat de violences. Il n’y a rien à attendre de ce côté-là dans l’intérêt du peuple», a déclaré hier le secrétaire national du PCF. «Au nom du Parti communiste français», Pierre Laurent a appelé à «engager dans tout le pays et dans la durée, une campagne nationale d’actions politiques pour la justice fiscale et l’arrêt des licenciements ; pour la fin de l’austérité et le refus des injonctions européennes ; pour la relance sociale, industrielle et écologique». Une semaine d’actions avec marches, sit-in, occupations symboliques de places et chaînes humaines devrait être organisée du 25 novembre au 1er décembre, date de «la marche pour la justice fiscale» et l’annulation de la hausse de la TVA. La coordination du Front de gauche, qui se réunit aujourd’hui, «doit permettre de coordonner les différentes initiatives et se mettre en ordre de marche pour mobiliser le plus largement possible, le 1er décembre», selon le dirigeant communiste Francis Parny, pour qui «il est temps pour le peuple de gauche de reprendre la rue aux “bonnets rouges”».

Une campagne contre l'injustice fiscale. «Les événements survenus hier à l’occasion du 11 Novembre et le climat politique nauséabond qui règne en France depuis quelques semaines montrent qu’il y a urgence à rendre sa lisibilité au Front de gauche pour redonner espoir», affirme Christian Picquet. «Une initiative de grande ampleur, le 1er décembre, permettra au Front de gauche de sortir par le haut de la crise qu’il a traversée concernant les municipales en montrant qu’il est utile au peuple», analyse le dirigeant de la Gauche unitaire, pour qui une campagne sur l’injustice fiscale serait un bon point d’appui pour poser la question de la redistribution des richesses. «Notre pays est toujours tombé à genoux lorsque se sont conjugués un système fiscal injuste et un système de privilèges sociaux inacceptables. Eh bien, nous y sommes. Il faut une révolution fiscale dans le pays », avait déclaré, vendredi, Jean-Luc Mélenchon, dénonçant les hausses de la TVA prévues au 1er janvier. Et le coprésident du Parti de gauche d’interpeller le premier ministre : «Puisque vous avez été capable d’abroger l’écotaxe au premier portique qui est tombé, maintenant il faut lâcher quelque chose aux gens qui souffrent.» Pourquoi pas l’annulation de l’augmentation de la TVA prévue pour le 1er janvier, comme le redemanderont prochainement les parlementaires du Front de gauche dans le cadre du débat sur la loi de finances ? «Jamais nous ne l’augmenterons ! C’est un impôt injuste !» avait promis Jean-Marc Ayrault durant la campagne présidentielle de 2012. Quelques mois plus tard, son gouvernement faisait volte-face. "Il ne faut pas laisser la rue à ceux qui instrumentalisent une colère légitime", a dit André Chassaigne en appelant à manifester le 1er décembre "pour une fiscalité" juste et contre l'augmentation de la TVA prévue au budget 2014. Avec "un peuple qui se sent trompé", "il faut reprendre la main et donner du sens" à la politique et "que la France sorte de la spirale austéritaire portée par Bruxelles", selon le député communiste du Puy-de-Dôme. Il demande "une véritable réforme fiscale", qui "donne du sens à l'impôt" et le rende "équitable", ainsi que "l'arrêt des licenciements". Selon le chef de file des députés FG, "un remaniement ministériel ne changera rien de fondamental s'il n'y a pas le choix de nouvelles orientations politiques".

Le Front de gauche veut reprendre le chemin de la rue

Commenter cet article