Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le PC ukrainien risque d’être interdit

Publié le par Daniel Sario

Des fascistes brûlent des drapeaux du PKU et du Parti des régions
Des fascistes brûlent des drapeaux du PKU et du Parti des régions

C'est le souhait du président du Parlement ukrainien, Aleksandre Tourchynov. Décision qualifiée "d'illégale" par le chef du parti communiste Petro Symonenko. Silence du côté de l'UE, notamment de la France..

.Le Parti communiste ukrainien (PKU) est en train de vivre l’une des pages les plus sombres de son histoire. Jeudi 24 juillet, le président du Parlement ukrainien, Aleksandre Tourchynov, a annoncé la dissolution du PKU, que le président Porochenko a ensuite ratifiée. « C'est un moment historique. J'espère qu'il n'y aura plus jamais de groupe communiste au Parlement ukrainien », a déclaré Aleksandre Tourchynov devant les députés. Le chef du parti communiste Petro Symonenko a dénoncé une décision «illégale». A quelques mois des législatives anticipées, programmées pour cet automne, cette mesure a été adoptée en application d’une loi votée le 22 juillet dernier en violation des principes constitutionnels ukrainiens. Elle pourrait ouvrir la voie à une interdiction du PKU alors que l’UE, notamment la France, observe un silence suspect.

Plus de trois millions de voix aux dernières législatives. Il faut savoir qu’aux dernières élections législatives, le parti communiste ukrainien a obtenu plus de trois millions de voix (13%). Et de ce fait, ce sont ces millions d’électeurs qui voient leur opinion bafouée et non reconnue. Le groupe communiste, qui disposait avant son éviction de 23 sièges à la Rada, est accusé sans preuves, par les services secrets ukrainiens de soutenir les prorusses à l’Est de l’Ukraine. Or, le PKU soutient l’unité territoriale de l’Ukraine dans le conflit opposant les autorités de Kiev aux insurgés de l’est du pays et il est aujourd’hui le seul parti à prôner une sortie politique de la crise qui dure depuis novembre 2013 et la chute de Viktor Ianoukovitch en février. Et ce, à l’inverse de Svoboda, le parti néonazi ukrainien et membre de la coalition au pouvoir à Kiev qui cherche à entrainer le pays dans une guerre.

La Svoboda veut éradiquer le PKU. Depuis le début des hostilités, Petro Symonenko dénonce les activités de la Svoboda qui s’est fait comme objectif d’éradiquer le parti communiste de la vie politique ukrainienne. Les membres du PKU ont été victimes de nombreuses agressions par les membres du groupe ultranationalistes en marge des protestations sur la place Maïdan. A cette époque, de nombreux locaux du parti ont été saccagés. Le mardi 22 juillet, Vyacheslav Mikhalovitch Kovshun, responsable de l’organisation du Parti communiste d’Ukraine dans la localité de Glinki et conseiller de la communauté de communes de Kumachovskiy, a été retrouvé assassiné, gisant dans une mare de sang, le corps mutilé et impacté de balles.

Commenter cet article