Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Medef revote la confiance au gouvernement

Publié le par Daniel Sario

Le Medef revote la confiance au gouvernement

Pierre Gattaz et ses amis resserrent les rangs derrière Hollande et Valls. Ils réclament un gouvernement « cohérent »... qui fasse la politique qu’ils édictent ! Par Thomas Lemahieu

À la veille de l’ouverture de son université d’été, le patronat est soulagé. Nul besoin de refaire tout le programme en dernière minute. Le gouvernement démissionne, mais Manuel Valls, programmé mercredi en début d’après-midi à l’ouverture du raout, est appelé à rester premier ministre : cerise sur le gâteau, son discours qui promet de cartonner en audimat pourrait bien servir à distribuer de nouveaux cadeaux aux entreprises. En guise de ministre de l’Économie et des Finances, à la place d’Arnaud Montebourg – régulièrement invité, jusque-là, par les patrons pour plaider l’unité sacrée de tous derrière le «patriotisme économique» –, c’est l’Allemand Wolfang Schäuble que le Medef avait choisi d’inviter…Tout va bien pour Pierre Gattaz et ses camarades.

Le Medef appelle " à aller plus loin". Une petite heure avant la démission surprise du gouvernement Valls, hier matin sur France Inter, Geoffroy Roux de Bézieux, vice-président du Medef, canardait les «frondeurs» au nom de la sempiternelle «pédagogie économique» qui, sur ces lèvres, est l’autre nom du néolibéralisme. Non sans avoir défendu les hausses de dividendes constatées cette année – +30 % au deuxième trimestre 2014 – au nom de la nécessaire «rémunération du capital», le numéro deux du patronat s’est lancé dans une attaque en règle contre ceux qui renâclent devant les 41 milliards d’euros accordés sans contrepartie aux entreprises. «Dire qu’on repart comme avant, qu’on refait du déficit – c’est ça que dit Arnaud Montebourg en creux –, non, ça n’est pas la bonne idée, estime-t-il. Je crois que le cap politique qu’a choisi François Hollande est le bon, et nous, on pense qu’il faut aller plus vite et plus fort. Alors qu’Arnaud Montebourg veuille faire un peu le show de rentrée, très bien, mais ce qui compte c’est la déclaration du président de la République et de Manuel Valls.» Un peu plus tard, les patrons paraissent un poil moins assurés dans leur communiqué réagissant à la démission du gouvernement Valls : «Le Medef espère que la politique économique en faveur de la compétitivité des entreprises, annoncée en début d’année et dont les premières mesures viennent d’être votées en juillet pour application en 2015, sera confirmée.» En appelant à «aller plus loin» et à «lever les verrous qui bloquent la création d’emplois dans notre pays» – entendez, les restrictions au travail du dimanche, le contrôle public sur l’apprentissage, les seuils sociaux dans les entreprises, etc. –, l’organisation dirigée par Pierre Gattaz en appelle, avec les mêmes adjectifs que François Hollande, à un «nouveau gouvernement» qui serait «cohérent, déterminé et agissant rapidement».

Commenter cet article