Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Derrière les marais de la Berezina

Publié le par Daniel Sario

Derrière les marais de la Berezina

Par Patrick Apel-Muller (l'Humanité)

La droite ramasse le Sénat comme le fruit tombé de trop de trahisons, d’infinies déceptions et de sourdes colères. La défaite était attendue après la sévère sanction des municipales ; elle a tourné hier à la Berezina. La droite ramasse le Sénat comme le fruit tombé de trop de trahisons, d’infinies déceptions et de sourdes colères. L’installation du gouvernement Valls 2, la pétaudière qu’il entend installer dans les institutions locales au détriment de la souveraineté citoyenne ont parachevé une retraite en débâcle, accompagnée par l’entrée au Palais du Luxembourg de deux séides de Marine Le Pen.

Il ne s’agit pas seulement de l’onde de choc d’un scrutin passé, mais du reflet de la défiance du pays qui est tout sauf une confiance votée à l’UMP et à l’UDI. La confusion des genres entre la droite et le petit appareil politique qui gouverne est au coeur de la crise politique. Comment voir un homme de gauche dans ce premier ministre qui se targue de sa «fermeté» face à une grève des salariés contre la délocalisation d’Air France et un statut low cost ? La Bruyère pointait déjà ces grands de la cour : «À quelques-uns l’arrogance tient lieu de grandeur, l’inhumanité de fermeté ; et la fourberie d’esprit»...

Le tandem gouvernant, le président et son premier ministre, a à ce point rallié le libéralisme qu’en entendant Nicolas Sarkozy à Lambersart jeudi, on se disait qu’ils avaient été pour lui une rampe de lancement. Les uns dénonçaient les chômeurs ? L’autre traque l’assistanat. Matignon veut autoriser le travail le dimanche ? Neuilly veut que les Français travaillent plus (sans gagner plus, désormais) et entend ratiboiser ces jours fériés, ces RTT, ces congés qui seuls compteraient aux yeux du menu peuple. Valls flatte le Medef ? Sarkozy le cajole. «Être aliéné, écrivait Gramsci, c’est avoir les idées de l’ennemi dans la tête.» Pauvre François Hollande...

La fin de la parenthèse d’une majorité de gauche au Sénat était attendue. L’occasion a été gâchée de s’appuyer sur les deux Chambres pour décider de réformes progressistes audacieuses. Désormais, il faut s’atteler à reconstruire une alternative de gauche, émancipée des libéralismes siamois.

Commenter cet article