Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Huma : le signal pour une alternative politique de gauche

Publié le par Daniel Sario

Le secrétaire national du Parti communiste français (PCF) Pierre Laurent à la fête de l'Humanité le 13 septembre 2014 à La Courneuve (Photo Kenzo Tribouillard. AFP)
Le secrétaire national du Parti communiste français (PCF) Pierre Laurent à la fête de l'Humanité le 13 septembre 2014 à La Courneuve (Photo Kenzo Tribouillard. AFP)

La Fête de L'Humanité, qui s'est terminée dimanche 14 septembre, a atteint son objectif « d'envoyer aux Français un signal de dialogue entre les forces de gauche qui ne se reconnaissent pas dans la politique gouvernementale », a affirmé le secrétaire national du Parti communiste français (PCF), Pierre Laurent.

Samedi, Le secrétaire national du PCF avait réuni autour d'un déjeuner les écologistes, les frondeurs du PS et le Front de gauche. «Toutes ces forces étaient présentes et le message a été entendu. L'ouverture soulève un espoir », juge-t-il. «Il faut maintenant que cela soit suivi d'actes concrets », ajoute-t-il à deux jours du vote de confiance au gouvernement de Manuel Valls. Les communistes appellent les socialistes et écologistes à voter contre, comme les députés du Front de gauche. «Ce n'est pas d'un claquement de doigts qu'émergera une alternative de gauche à la politique gouvernementale », tempère Olivier Dartigolles, porte-parole du PCF, mais «la présence forte des frondeurs» à la Fête de l'Humanité, « la relance du Front de gauche et les relations avec les forces syndicales, montrent qu'il y a un tournant du quinquennat ».

Le secrétaire d'Etat aux relations avec le Parlement, Jean-Marie Le Guen, a réagi dimanche à la participation des députés PS frondeurs à la Fête de L'Humanité, estimant qu'ils étaient «instrumentalisés contre leur parti, contre leur gouvernement». «La semaine dernière c'était par la droite, aujourd'hui c'est M. Laurent et M. Mélenchon», l'ancien coprésident du Parti de gauche, a-t-il déclaré. «Ces gens les applaudissent non pas pour ce qu'ils sont, mais pour ce qu'ils font, c'est-à-dire qu'ils affaiblissent le Parti socialiste », a-t-il appuyé. Ces frondeurs «vivent dans un déni de la situation économique et politique, et dans l'illusion d'un rassemblement de la petite gauche qui ne correspond ni à une majorité à l'Assemblée nationale, ni à un programme qui soit un tant soit peu crédible. (...) Il n'y a pas aujourd'hui d'alternative à gauche à ce gouvernement, par contre il y en a à droite, il y en a à l'extrême droite ».

«Une fois de plus le ministre aux relations avec le Parlement montre qu'il ne sait pas respecter les députés et même les députés socialistes qui sont venus de manière transparente pour débattre », a réagi Pierre Laurent. « Il est étonnant qu'un ministre prétendument de gauche s'étonne de leur présence dans la plus grande fête populaire de gauche », a-t-il ajouté.

Alors qu'écologistes, députés PS frondeurs, «mélenchonistes» et communistes cherchent des voies alternatives à celles de l'exécutif, le premier ministre Manuel Valls tente de bloquer toutes les issus en assurant dans le Journal du Dimanche, ne pas voir en quoi ce «discours d'une partie de la gauche » représente « une alternative crédible ». «Le déficit dérape et la croissance est trop faible. Laisser filer le déficit par des dépenses publiques ou une relance par les salaires n'aurait aucun sens.» A propos du vote de confiance qui aura lieu mardi, le premier ministre s''inquiète : «Il peut toujours y avoir un accident» et «il ne faut pas jouer avec ça».

Commenter cet article