Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les plans avortés de l'Otan

Publié le par Daniel Sario

Les plans avortés de l'Otan

Sans mémoire pas d’avenir. Les Etats-Unis et l’Union européenne croyaient pouvoir s’avancer jusqu’aux frontières de la Russie comme d’autres ont cru au fil des siècles prendre Moscou. La déroute de l’armée de Kiev ramène les compteurs à zéro. L’Otan devra réviser ses plans. Par José Fort

Il n’a pas été décidé une trêve entre Petro Porochenko et Vladimir Poutine à l’issue, mercredi matin, d’une conversation téléphonique. Il y a eu accord pour laisser se retirer ce qui restait de l’armée de Kiev en pleine débandade. Alors qu’à la mi août, les forces indépendantistes du Donbass étaient données en pleine déroute, la situation s’est totalement retournée en faveur de ceux qu’on présente généralement comme les «séparatistes pro russes». L’aide de Moscou aux populations historiquement liées à la Russie a permis la nouvelle donne et possiblement l’ouverture des négociations proposées par Vladimir Poutine en vue d’une «fédéralisation» de cette région.

L’épreuve de force semble s’éloigner avec toutefois un bilan terrible de plusieurs milliers de morts, de blessés et des centaines de milliers de déplacés en majorité vers la Russie. Quoi qu’on puisse penser des responsabilités des uns et des autres et des dirigeants en présence, une constatation s’impose : malgré les menaces et les sanctions, la Russie vient d’adresser un sacré doigt d’honneur à Obama et à ses alliés européens. L’Otan a été stoppé dans son ambition d’atteindre directement les frontières de la Russie et d’achever le travail ouvert avec la dissolution de l’URSS.

Dans cette affaire, il convient de mettre de côté la propagande et d’aller au cœur du sujet. La «révolution» ukrainienne et l’intégration de Kiev dans l’Union européenne avaient pour objectif final la mise à genoux de la Russie. Les dirigeants occidentaux n’ayant pas de mémoire, ils ont commis, comme leurs prédécesseurs, une erreur colossale : mépriser Moscou. Ils estimaient «chancelant» le pouvoir en place en Russie et Poutine fait exploser les sondages, les Russes toutes classes sociales confondues, de l’ouvrier à l’oligarque, approuvant l’action du chef de l’Etat. Ils croyaient faire plier Moscou en décrétant des «sanctions» et ont dynamisé et accéléré le processus d’alliances avec les puissances comme la Chine, l’Inde, le Brésil, l’Afrique du Sud. Ils pensaient porter des coups à l’économie russe et ont favorisé des accords économiques historiques avec l’Asie et l’Amérique latine.

Il y a trois jours, les dirigeants de l’Otan annonçaient un possible déploiement de forces militaires en Ukraine. Ils feraient bien de changer leurs plans et d’ouvrir vite une négociation avec Moscou.

Commenter cet article