Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Elections au Brésil et en Uruguay : la gauche en tête

Publié le par Daniel Sario

Dilma Rousseff (Brésil) et Tabaré Vasquez (Uruguay)
Dilma Rousseff (Brésil) et Tabaré Vasquez (Uruguay)

Ce dimanche 26 octobre, deux élections majeures se sont tenues en Amérique du Sud. L'une au Brésil pour un second tour très chaud qui a vu la victoire de Dilma Rousseff (51,64%), la présidente de gauche sortante, et l'autre en Uruguay, où Tabaré Vasquez, le candidat du Frente Amplio (gauche) arrive en tête au premier tour (46%).

Au Brésil, Dilma Rousseff a remporte le second tour de l’élection présidentielle contre Aécio Neves avec 51,64% des voix contre 48,36% pour son concurrent du Parti de la social-démocratie brésilienne (PSDB). Dans cette confrontation où le débat fut plus que féroce, la présidente sortante l’emporte dans quinze Etats (dont le Minas Gerais, gouverné par Aécio Neves de 2002 a 2010) et sept des douze principales villes. La différence s'est jouée sur à peine trois millions de vote, alors que 142,8 millions d'électeurs étaient convoqués aux urnes. Il s'agit de la présidentielle la plus serrée depuis la fin en 1985 de la dictature militaire au Brésil.

Comme prévu, la présidente l'a largement emportée dans les régions pauvres du Nord-Est. Mais si elle a largement perdu dans l'Etat de Sao Paulo, fief du PSDB, elle a remporté une large victoire dans les deux grands Etats de Rio et de Minas Gerais, - le bastion de M. Neves - dans le sud sud-est industrialisé. Le candidat de centre-droit promettait, sans toucher aux programmes sociaux populaires de la gauche, des réformes libérales "à l'européenne" pour "libérer" la croissance brésilienne en panne et lutter contre l'inflation et la corruption qui fragilisent le pays.

Tirant les leçons de cette courte victoire, Dilma Rousseff a immédiatement prononcé un discours d'apaisement et appelé au dialogue avec ses adversaires. "Le dialogue, c'est le premier engagement de mon nouveau mandat", a lancé Dilma Rousseff à Brasilia devant ses partisans en liesse, promettant d'être "une bien meilleure présidente que jusqu'à présent". La présidente de la 6e puissance économique mondiale s'est aussi engagée à mener une profonde réforme politique et à renforcer la lutte contre la corruption.

En Uruguay, les premiers sondages sortis des urnes à l'issue du premier tour de l'élection présidentielle donnent une avance à Tabaré Vázquez (candidat du Frente Amplio - gauche) avec 46% des voix contre 31% a Luis Alberto Lacalle (Parti national, droite). Pour sa part, le Parti Colorado ( Extrême droite ) obtient 13,5 % des voix et le Parti indépendant, 3 %. Ces résultats seront-ils suffisants pour permettre à Tabaré Vasquez de succéder à l'atypique président José Mujica et à son parti, le Frente Amplio, de poursuivre sa politique ? Le Frente affiche pourtant un bilan plutôt positif, avec une croissance du PIB de 4,4% en 2013 - onzième année consécutive de hausse -, un chômage autour de 6% et une pauvreté divisée par trois entre 2006 et 2013. Pour le second tour Luis Alberto Lacalle a déjà annoncé qu'il rechercherait le soutien du troisième candidat, le parlementaire Pedro Bordaberry, 54 ans, fils de l'auteur du coup d'Etat qui avait mené à l'instauration d'une dictature militaire entre 1973 et 1985. Avec l'aide des Etats-Unis...

Commenter cet article