Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les Ukrainiens de l'Est votent ce dimanche

Publié le par Daniel Sario

Dans un bureau de vote d'Ilovaïsk, le 2 novembre. | Maria Turchenkova pour "Le Monde"
Dans un bureau de vote d'Ilovaïsk, le 2 novembre. | Maria Turchenkova pour "Le Monde"

Les régions indépendantistes de l'est de l'Ukraine votent ce dimanche pour élire président et Parlement. Un scrutin rejeté par Kiev et les pays de l'Union Européenne, mais les habitants espèrent toutefois gagner en légitimité.

Ce sont les républiques autoproclamées de Donetsk et Lougansk qui vont choisir leurs représentants, que Moscou a promis de reconnaître. A l'inverse, les pays occidentaux ont condamné ce scrutin avant même qu'il ait eu lieu. Ils nient sa légitimité, comme la crédibilité des résultats qui en sortiront. Si la position des diplomaties occidentales avait été plus ouverte, ils auraient pu au moins envoyer des observateurs, s'assurer au moins du bon déroulement du scrutin. Pour le "Premier ministre" de la république autoproclamée de Donetsk, Alexandre Zakhartchenko dont la victoire ne fait guère de doute, ce vote "permettra de constituer un gouvernement légitime". A Lougansk, autre ville indépendantiste, l'ex-militaire de 50 ans Igor Plotnitski, attaché au passé soviétique, devrait être confirmé dans ses fonctions. D'ailleurs dans plusieurs bureaux de vote, les traditions remontant à l'époque soviétique étaient respectées, comme à l'école numéro un, sur le boulevard Pouchkine : musique diffusée par hauts-parleurs à l'extérieur du bâtiment et grand buffet à petit prix à l'intérieur, avec gâteaux, boulettes de viande et jus de fruits. En sortant, les électeurs se voyaient en outre proposer à prix réduits des pommes de terre, des carottes et des choux.

Beaucoup d'électeurs expriment l'espoir que les élections donnent une légitimité internationale accrue à l'indépendance de leur république. "Après les élections, nos dirigeants auront été élus et ils devraient être reconnus par les pays étrangers. Par la Russie en premier lieu, mais aussi par les autres" estime Olga Nikolaevna, 47 ans de Donetsk. L'Ouest enrage Le président ukrainien Petro Porochenko a dénoncé samedi "les pseudo-élections que les terroristes et les bandits veulent organiser sur les territoires occupés" et le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon, à l'instar de Bruxelles, a estimé que le scrutin allait "sérieusement ébranler les accords de Minsk". Ces accords, signés le 5 septembre entre Kiev, les indépendantistes, Moscou et l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE), portent sur un cessez-le-feu et devaient être une première étape dans le processus de paix. Sur le terrain le cessez-le-feu semble de plus en plus compromis avec une reprise des combats dans plusieurs zones qui ont fait plus de 300 morts au cours des dix derniers jours, selon un bilan établi par l'ONU. Trois militaires ukrainiens auraient été tués ce dimanche matin.

Pour Jacques Sapir*, le fait que l'UE et les États-Unis se soient mis hors jeu sur ces élections constitue sur le plan des drames humains une nouvelle erreur. "Alors que montent les rumeurs, souvent adossées à des évidences, sur l’existence de charniers dans les zones qui ont été évacuées par l’armée de Kiev, alors qu’abondent les témoignages sur des violations des droits de l’homme dans la zone des combats, ces élections auraient pu permettre à une commission d’enquête d’aller sur place et de chercher à trier ce qu’il y a de faux et ce qu’il y a de vrai." Cette élection intervient une semaine après les législatives "officielles" ukrainiennes. La droite et les libéraux y étaient arrivés largement en tête, l'abstention très élevée. Ces résultats avaient effrayé l'Est du pays et renforcé leur détermination à tenir leurs propres élections.

* Directeur d'étude à l’ École des Hautes Études en Sciences Sociales depuis 1996 et directeur du Centre d'Études des Modes d'Industrialisation (CEMI-EHESS) il est aussi un spécialiste de la Russie,

Commenter cet article