Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les shebab menacent le Kenya d'une "longue, épouvantable guerre" 

Publié le par Daniel Sario

Les shebab menacent le Kenya d'une "longue, épouvantable guerre" 
Les islamistes somaliens shebab ont menacé samedi le Kenya d'une "longue, épouvantable guerre" et d'un "nouveau bain de sang", deux jours après avoir massacré 148 personnes, principalement des étudiants, dans l'université de Garissa.

"Vous ne vous contentez pas de laissez votre gouvernement mener ses politiques répressives sans protester, vous confortez leurs politiques en les élisant", a lancé le groupe islamiste somalien dans un communiqué. "Vous allez en payer le prix de votre sang". Le ministre de l'Intérieur kenyan a promis de son côté vendredi de combattre les "terroristes", confiant dans la capacité du pays à "gagner cette guerre". Les quotidiens kényans ont eux appelé à l'"unité", pour ne pas laisser les shebab diviser le pays sur des lignes religieuses. Le Kenya se revendique à 80% chrétien mais comprend aussi une forte communauté musulmane, essentiellement sur la côte et dans les régions somali. "Nous devons prendre conscience de ce que l'ennemi veut atteindre", a lancé le Standard, "ils veulent une guerre interne au Kenya". Des journaux déploraient aussi qu'une nouvelle fois, des avertissements des services de renseignements aient été ignorés, comme lors de l'attaque du centre commercial de Westgate à Nairobi qui a fait 67 morts en septembre 2013.

L'horreur de Garissa. "Vous ne serez en sécurité que le jour où votre président retirera les soldats de Somalie". "Nous ne craignons pas la mort, cela va être de bonnes vacances de Pâques pour nous". Les rescapés rapportent depuis vendredi ce qu'ils ont entendu et subi de la part des assaillants. Les shebab se sont amusés avec leurs otages, les faisant ramper dans des mares de sang ou téléphoner à leurs parents pour leur demander de réclamer le retrait des troupes kényanes de Somalie, avant de les tuer. "J'ai vu beaucoup de choses, mais jamais rien de tel", renchérit Reuben Nyaora, un infirmier travaillant pour l'ONG International Rescue Committee (IRC). "Il y avait des corps partout, qui avaient été exécutés en ligne, nous avons vu des gens dont les têtes ont été soufflées, avec des blessures par balle partout, le tout dans un désordre effroyable". Au total, 142 étudiants ont péri durant l'attaque, ainsi que trois policiers et trois militaires, et 104 personnes ont été blessées, a indiqué vendredi soir dans la capitale le ministre de l'Intérieur, annonçant la fin des opérations de ratissage du campus. "Tous les corps ont été retirés des lieux et transférés à Nairobi", a-t-il indiqué. Les corps de "quatre terroristes" ont également été récupérés, selon le ministre. Les shebab, affaiblis militairement par la force de l'Union africaine (Amisom) déployée en Somalie, ont mené des opérations de guérilla dans leur pays, mais aussi une série d'attentats au Kenya, en représailles à la participation d'un contingent kényan à l'Amisom.

Commenter cet article