Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le pont aux ânes scolaires

Publié le par Daniel Sario

Par Patrick Apel-Muller

L’équation de départ est limpide : le collège ne parvient pas aujourd’hui à assumer pleinement sa destination, former des citoyens capables de maîtriser l’accélération des techniques et des connaissances en assurant la promotion de tous. Le gouvernement proclame qu’il a conscience du problème mais, ligoté dans sa religion austéritaire, il ne parvient pas à le résoudre, en avançant une réforme qui mine l’unicité des programmes, réduit la place d’enseignements essentiels et s’envisage sans les moyens accrus qui permettraient d’échapper à la seule reproduction des élites.

Rien ne sert d’insulter les intellectuels critiques quand on bute sur le fameux pont aux ânes… La droite, quant à elle, méprise l’objet même de la controverse, prêche la reproduction mécanique des enseignements de jadis et propose de trier dès 11 ans les enfants, entre ceux qui se voueront à l’exécution dans la précarité et ceux qui occuperont, comme leurs parents, des fonctions de décideurs. Ses ennemis sont, l’égalité, le collège unique, la prolongation de l’enseignement obligatoire. Elle lâche donc les Ferry et les Finkielkraut, qui de la tranche sabrent la philosophie de Bourdieu et de la pointe transpercent les démons des Lumières et du marxisme assemblés. Sous ces moulinets prospèrent des politiques conservateurs qui occupent les tréteaux de la droite, en ne répugnant pas aux insinuations racistes.

La majorité des enseignants qui refusent la réforme n’ont rien en commun avec les partisans d’un ordre immuable et injuste. Ils savent la crise du collège, ils la vivent ! L’interdisciplinarité, ils l’expérimentent souvent, malgré de chiches moyens. Mais ils refusent une autonomie trompeuse qui mettrait l’enseignement sous la coupe de petits chefs, favoriserait les établissements chics et laisserait les autres dans le bricolage. Ils veulent une formation solide et appétissante pour les élèves, plus d’égalité, plus de moyens et être écoutés. Eux ont franchi le pont aux ânes devant lequel bronchent les répétiteurs de l’école au rabais.

Commenter cet article