Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Opération punitive

Publié le par Daniel Sario

Opération punitive
Par Jean-Paul Piérot

Quelle valeur reconnaître à un vote exprimé, un pistolet sur la tempe ? Quelle légitimité peut avoir une décision obtenue sous la menace, qui abroge les choix d’un peuple ? En ce jour où le Parlement grec est convoqué pour adopter à la chaîne des mesures élaborées à Bruxelles, ces questions ne troublent guère les dirigeants des États de la zone euro qui ont suivi Angela Merkel et Wolfgang Schäuble dans leur volonté de placer la Grèce sous une humiliante tutelle. Ce 15 juillet 2015 restera, dans l’histoire de ce pays, un jour noir pour la démocratie. Le peuple hellénique avait subi, en 1967, le putsch des colonels. Aujourd’hui, il n’y a heureusement pas de chars dans les rues d’Athènes, et pourtant c’est bien un coup d’État financier qui a été orchestré et qui, pour l’heure, a réussi, à coups d’étranglement financier et de chantage.

La surenchère austéritaire de l’Eurogroupe a confirmé avec une brutalité inouïe les véritables mobiles de l’acharnement contre la Grèce. Il s’agissait moins d’obtenir des garanties que les engagements seraient tenus que de « punir » un peuple coupable d’avoir choisi une autre orientation de la politique européenne, en portant Syriza au pouvoir après avoir chassé les conservateurs et sociaux-démocrates, responsables du marasme financier. Depuis le 25 janvier, Alexis Tsipras mène un combat courageux pour défendre la dignité du peuple grec.

Il y a quelque indécence à présenter l’accord comme un succès « historique », dû à l’engagement de François Hollande, qui s’est démarqué bien tardivement du jusqu’au-boutisme de Berlin. Le maintien de la Grèce dans l’euro, que souhaitaient le peuple grec et son gouvernement, concédé au prix de la négation de toute souveraineté, d’un traitement de type colonial, c’est injustifiable, et en dit long sur la détermination des oligarques européens à s’opposer aux mobilisations des peuples. Partout, et pas seulement en Grèce, le débat pour une autre Europe, sociale et solidaire, est posé.

Commenter cet article