Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le sabre et les Rafale

Publié le par Daniel Sario

Le sabre et les Rafale
Surtout ne pas en dire trop. Ne pas indisposer notre ami le roi Salmane, qui nous fait la grâce d’acheter nos Rafale, nos vedettes et nos hélicoptères de combat… Par Jean-Paul Piérot

Alors que le jeune Ali Mohamed Al Nimr, 21 ans, aux mains des geôliers et des tortionnaires de la monarchie saoudienne depuis l’âge de 17 ans, est sur le point d’être décapité, avant que son corps ne soit crucifié jusqu’à son pourrissement, le président de la République, François Hollande, au cours d’une conférence de presse rendant compte du sommet européen de Bruxelles, a brièvement demandé à l’Arabie saoudite de « renoncer à l’exécution », se bornant à rappeler la position de la France « opposée à la peine de mort ». Un service minimum qui ne risque pas de troubler la quiétude du souverain, car le chef de l’État n’a pas eu un mot sur les faits reprochés au condamné – avoir participé à une manifestation –, ni sur les conditions de son procès – torture et absence d’avocat –, ni fait le rapprochement avec la condamnation à mort de l’oncle du garçon, le cheikh Nimr Al Nimr, un animateur de la contestation de la discrimination frappant les chiites dans le royaume wahhabite.

La discrétion officielle de la France face au système oppressif et arbitraire mis en place par la dynastie régnante est choquante. Certes, la diplomatie française n’approuve pas les exécutions quasi quotidiennes, le maintien sous tutelle des femmes, un fondamentalisme religieux criminel, mais tout cela ne pèse pas lourd devant les contrats de vente d’armes signés en pétrodollars. Et les gestes de bienveillance ne manquent guère : François Hollande s’est rendu à Riyad lors de l’intronisation du roi Salmane, il fut l’hôte d’honneur du conseil de coopération du Golfe. Paris s’affirme comme le principal allié de l’Arabie saoudite, qui ne joue pas un rôle modérateur dans la crise régionale contre la Syrie et l’Iran. Officiellement hostile à Daech, le royaume a partie liée avec les djihadistes, dont le projet de société s’inspire de l’intégrisme théocratique du Golfe, au nom duquel les bourreaux du jeune Ali Mohamed affûtent leurs sabres.

  • Sur les réseaux sociaux, la mobilisation s’organise également, une page Facebook de soutien a été créée ainsi qu’un hashtag surTwitter #FreeNimr.

Commenter cet article