Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Daesh frappe la France

Publié le par Daniel Sario

Daesh frappe la France

Au moins 129 personnes ont été tuées et 352 blessées dont 99 en "urgence absolue" dans la nuit de vendredi à samedi lors de six attaques quasi simultanées à Paris et près du Stade de France, avec pour la première fois en France des actions kamikazes. François Hollande a déclaré l'état d'urgence et la fermeture des frontières. Daesh (l'EI) a revendiqué cette action conduite par huit terroristes. Mais déjà, des questions ...


Des fusillades dans le Xe arrondissement de Paris et des explosions dans le secteur du stade de France se sont produites vendredi soir, faisant de nombreuses victimes et des blessés, Des périmètres de sécurité ont été mis en place tandis que de nombreuses équipes de secours étaient déployées. Alors que selon le tout premier bilan de la nuit, la préfecture de police dénombrait "au moins trois fusillades, peut-être quatre dans le secteur du Bataclan (XIe arrondissement) et rue de Charonne (Xe arrondissement)", le petit matin révélait un tableau bien plus dramatique . Ainsi, le bilan de l'attaque et de la prise d'otages du Bataclan s'établissait samedi 12h à 128 morts et plus de 200 blessés, selon une source policière citée pas l'AFP. Après l'assaut donné par les forces de sécurité aux alentours de minuit dans la salle de spectacle du Bataclan située sur le boulevard Voltaire, dans le 11e arrondissement de Paris, trois des terroristes auraient été tués selon le témoignage de journalistes sur place

Dès les premières attaques et les explosions près du stade de France, le président de la République François Hollande a quitté cette enceinte où il assistait à un match de football entre la France et l'Allemagne pour rejoindre une cellule de crise installée place Beauvau au Ministère de l'intérieur où l'attendaient Bernard Cazeneuve, la garde des sceaux Christiane Taubira et le Premier ministre, Manuel Valls . Avant la tenue d'un conseil des ministres extraordinaires qui a débuté vers minuit, le président de la République a pris la parole pour évoquer ces «attaques d'une ampleur sans précédent». Le chef de l'Etat a ainsi «demandé des renforts militaires (...) pour qu'aucune autre attaque n'ait lieu» et exposé la mise en place de « deux décisions ». La première, « d'abord, l'état d'urgence sera décrété sur tout le territoire. Certains lieux seront fermés, la circulation pourra être interdite et des perquisitions pourront être décidées dans toutes les villes de France.» Deuxième décision annoncé par le chef de l'Etat, « la fermeture des frontières afin de s'assurer que personne ne pourra rentrer pour commettre quelque acte que ce soit et que ceux qui ont commis ces crimes puissent être appréhendé».

« C'est une terrible épreuve qui une fois de plus nous assaille », a conclu François Hollande. « Nous savons d'où elle vient qui sont ces criminels, qui sont ces terroristes. J'ai une pensée pour les victimes très nombreuses, pour les familles, pour les blessés. Nous devons faire preuve d'unité et de sang froid. La France doit être forte, doit être grande. Ce que les terroristes veulent, c'est nous faire peur, nous saisir d'effroi. Face à l'effroi, il y a une nation qui sait se défendre et qui saura vaincre les terroristes. » Le Président de la République qui a convoqué le Congrès (réunion des deux chambres) pour ce lundi 16, a annulé son déplacement au G20 en Turquie dimanche et lundi, où il sera représenté par le ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius, et le ministre des Finances, Michel Sapin. Après un conseil de défense tenue dans la matinée quelles mesures seront-elles prises ? Comment s'appliquera l'état d'urgence et le renforcement des contrôles aux frontières ? Et pour quelle efficacité quand on sait que les moyens ne suivent pas? Ainsi, les créations de postes annoncées par Manuel Valls après les attentats de janvier – 1 400 à l’intérieur, 950 à la justice, 250 à la défense – ne sont pas encore effectives et ne le seront pas avant la fin du quinquennat.

Pire, et ce n'est un secret pour personne, il n'existe aucune coordination entre les polices et ce n'est pas la récente création par le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve d' un état-major permanent placé sous sa tutelle qui règle cette faille. D'ailleurs, ce n’est pas la première fois qu’une structure de « coordination » et « d’échange d’informations » est créée. Il y a déjà l’unité de coordination de la lutte antiterroriste (Uclat), chargée « de la coordination opérationnelle des services appelés à lutter contre le terrorisme » depuis 1984. Et puis il y a les mesures post-Merah prises par Manuel Valls, alors ministre de l’intérieur : une multiplication de « cellules de coordination ». Est-ce que, pour autant, la cohabitation et la coordination de tous ces services sont meilleures ?

Il va bien falloir s'en aviser, car comment ne plus prendre aujourd'hui au sérieux cette "prophétie" de Marc Trévidic, l'ancien juge antiterroriste, dans une interview à Paris Match, le 30 septembre dernier : « J’ai acquis la conviction que les hommes de Daesh [Etat islamique] ont l’ambition et les moyens de nous atteindre beaucoup plus durement en organisant des actions d’ampleur, incomparables à celles menées jusqu’ici. Je le dis en tant que technicien : les jours les plus sombres sont devant nous. La vraie guerre que l’EI entend porter sur notre sol n’a pas encore commencé. » Aujourd’hui en poste à Lille ce magistrait prédisait : « La France est, de fait, confrontée à une double menace. Celle du déferlement de ce que j’appelle les “scuds” humains du djihad individuel, ces hommes qui passent à l’action sans grande formation ni préparation, agissant seuls, avec plus ou moins de réussite, comme on a pu le voir ces derniers temps. Et celle, sans commune mesure, que je redoute : des actions d’envergure que prépare sans aucun doute l’EI, comme celles menées par Al-Qaida, qui se sont soldées parfois par des carnages effroyables. »

Et puis, on pourrait sans doute, aussi et surtout, se poser la question de la pertinence de notre statégie au Proche et au Moyen Orient. Il y a d'autres façons de montrer le visage de la force et de la grandeur de la France dans le monde qu'en se rangeant aux ordres de l'Empire américain et des monarchies du Golfe. Il y a sans doute également beaucoup à faire dans les grandes cités pour tirer la jeunesse de la misère, du désoeuvrement et de la désespérance. Mais c'est déjà ce que nous disions sur ce blog après l'attaque contre Charly Hebdo.

Communiqué de Pierre Laurent, secrétaire national du Parti Communiste français.

"Notre pays vient de vivre l'un des pires événements de son histoire. Les attaques terroristes simultanées de la nuit dernière à Paris et à Saint-Denis, revendiquées par Daesh, faisant à cette heure 127 morts et 200 blessés, sont effroyables. La France est en deuil. Au lendemain de ce carnage, nos premières pensées se tournent vers les victimes, leurs familles, leurs proches, les témoins et tous ceux dont la vie a été menacée. Pour tous, la douleur est immense. Chacun en France s'en sent profondément meurtri.

Nous saluons l'action des forces de l'ordre, des secours, des urgentistes et personnels de santé et des agents territoriaux dont la mobilisation a été exemplaire ainsi que la solidarité des habitants qui s'est immédiatement manifestée. Moins d'un an après les attentats de janvier dernier, la République est frappée en son cœur. Alors que l’État d'urgence vient d'être décrété par le gouvernement, le renforcement des moyens de police et de justice est un impératif. L’État doit trouver durablement les moyens adaptés pour garantir la sécurité de toutes et de tous.

J'appelle notre peuple à ne pas céder à la peur, à se rassembler pour la liberté, l'égalité et la fraternité, et pour la paix. Nous devons refuser les amalgames et les stigmatisations. Ensemble, nous devons rejeter fermement la haine et les racismes. La France est touchée par la guerre et la déstabilisation qui minent le Proche et le Moyen-Orient. La lutte contre le terrorisme appelle une mobilisation redoublée et des solutions internationales. Elle ne pourra triompher que dans la mobilisation pour un projet de société solidaire qui place au cœur de tous ses choix l'émancipation humaine, les valeurs de la République et la paix.

Le PCF, ses représentants et ses élus, seront de toutes les initiatives qui, dans les prochains jours, permettront à nos concitoyens de se rassembler pour faire face à cette épreuve et ouvrir un chemin d'espoir pour notre peuple. Dans ce moment tragique, le PCF a interrompu toute activité de campagne électorale."

Cette nuit près du Bataclan dans le centre de Paris

Cette nuit près du Bataclan dans le centre de Paris

Commenter cet article