Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L’extrême droite : planche de salut de M. Gattaz

Publié le par Daniel Sario

Par Patrick Le Hyaric, directeur de l'Humanité

Il est des interventions présentées comme combattant l’extrême droite qui sont en fait son meilleur support. Celle du président du Medef, M. Gattaz, portée par nos confrères du Parisien, largement relayée par les grands médias, est de celle-là. Le choix de ce journal populaire n’est pas innocent.

Reprenant cette abomination selon laquelle « Le Pen – Mélenchon, même combat », M. Gattaz n’hésite pas à expliquer que « le programme de Mme Le Pen rappelle étrangement le programme commun de la gauche de 1981 ».

La ligne de conduite du représentant du grand patronat est de pousser à son terme la banalisation de l’extrême droite en mettant un trait d’égalité entre elle et la gauche de 1981, entre elle et la gauche de transformation sociale d’aujourd’hui, entre un projet ultraréactionnaire, raciste et nationaliste et le progrès social, le partage, la solidarité.

Il n’y a rien de tel pour entretenir la désespérance sociale et les divisions sur lesquelles prospère la loi du capital ; rien de tel pour suggérer à celles et ceux qui souffrent du chômage, des bas salaires, de la violence, de la précarité, de la désindustrialisation et de la mal-vie, de voter pour l’extrême droite lepéniste, puisque la majorité d’entre eux, en 1981, avait accordé leurs suffrages à François Mitterrand.

Il le confirme, quelques lignes plus loin, lorsqu’il répond qu’il « ne dit rien » à ses adhérents qui entretiennent des accointances avec la cheftaine de l’extrême droite. Qui ne dit mot consent !

Le président régional du syndicat patronal de Provence-Alpes-Côte d’Azur confirme en disant qu’il était « prêt à s’adapter en cas de victoire de l’extrême droite dans cette région ». Bien sûr ! Il y a déjà une quarantaine de patrons sur la liste de Maréchal-Le Pen. Au même moment, le président du groupe Michelin déjeunait paisiblement avec le premier de la liste d’extrême droite de la région Auvergne-Rhône-Alpes.

Derrière ce paravent se cache la vraie stratégie du défenseur du grand capital qui avait promis de créer un million d’emplois si le gouvernement lui donnait de l’argent, encore et encore. Il a eu les milliards et il en veut davantage, l’emploi, lui, attendra. Pour cela, c’est la tambouille du projet « d’union sacrée » au service des oligarques qui marine dans les vieilles marmites des puissances d’argent et de certains cercles et officines politiques parisiens - dont nous nous honorons de ne pas faire partie - pourl’après-régionales.

M. Gattaz appelle « la droite et la gauche classique » à faire « leur révolution culturelle » en détruisant l’État et en mettant l’entreprise au cœur de leur logique pour que les « alternances politiques soient plus sereines pour les entreprises et leurs salariés ». Autrement dit, changez de gouvernement si vous voulez, mais c’est nous qui aurons le pouvoir !

Tout est dit ! Dans l’actuel climat troublé, angoissant, il s’agit de susciter, d’aider, de promouvoir la montée de l’extrême droite pour créer un choc si puissant qu’il conduirait à réclamer cette « union sacrée » contre le travail et la création, contre les services publics et un projet de « mieux vivre ».

Il reste quelques jours pour contrer cette sainte alliance avec le vote pour les listes de rassemblement avec le Front de gauche.

Commenter cet article