Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La milice de Robert Ménard ...

Publié le par Daniel Sario

Une nouvelle affiche de la honte à Béziers : le retour des Lucien Lacombe?
Une nouvelle affiche de la honte à Béziers : le retour des Lucien Lacombe?

Par Daniel Sario

Il n'a pas fallu attendre longtemps pour constater combien les mesures d'Etat d'urgence mises en oeuvre par le gouvernement de M. Valls pouvaient inspirer les fascistes de tous crins et poils qui ont une once de pouvoir. Ce qui est exactement le cas de M. Robert Ménard. Le maire de Béziers qui se signale régulièrement par des stigmatisations racistes, des provocations anti-républicaines et des rodomontades mussoliniennes vient d'annoncer la création d'une "garde biterroise" constitué de "bénévoles" qui seront habilités à patrouiller dans les rues de la ville.

Sur une affiche placardée aux murs de Béziers (voir ci-dessus), on prend connaissance du mode de recrutement de ce qu'il faut bien appeler une milice : "Vous êtes ancien policier, ancien gendarme, ancien militaire, ancien pompier, rejoignez la garde biterroise". Selon Ménard, cette "garde biterroise" sera chargée de signaler tout "acte suspect" et exercera tout "le temps que sera maintenu l'Etat d'urgence". Il n'est pas non plus inutile de souligner ici que le maire de Béziers a pris cette initiative sans consulter son conseil municipal mais aussi les services de la Préfecture.

Le sous-préfet de Béziers, pouvait-il ne pas réagir à ce nouvel acte d'outreprassement des lois de la République et des principes démocratiques qui rappelle une époque et un "ordre" condamnés par l'histoire ? La lettre que vient d'adresser Pierre de Bousquet à Robert Ménard, à la suite d'une intervention du conseiller municipal communiste Aimé Couquet, semble indiquer que le représentant de l'Etat s'opposera à cette initiative "non adaptée" au "cadre règlementaire" et à "un évènement local exceptionnel" en terme d'urgence.

On pourrait dormir tranquille, sauf qu'aujourd'hui la vigilance paraît d'autant plus de mise que certains en France semblent désormais pressés, comme à Béziers, d'installer le trône de l'extrême droire et le règne des pires réactionnaires avec la bénédiction des rentiers et du grand patronat.

.

Commenter cet article