Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Alberto Garzòn (Izquierda unida) se pose en médiateur pour un gouvernement des gauches

Publié le par Daniel Sario

Le leader d'Izquierda unida, Alberto Garzòn, a été reçu par le roi Felipe VI.
Le leader d'Izquierda unida, Alberto Garzòn, a été reçu par le roi Felipe VI.

Le leader parlementaire de Izquierda Unida, Alberto Garzòn a rencontré, ce jour, le Roi, qu'il appelle "le citoyen Felipe de Borbón". Ce rendez-vous qui a duré 59 minutes montre en main, entre dans le cadre des audiences que mène le monarque pour proposer un candidat à la formation d'un nouveau gouvernement. Au cours de cet entretien jugé "cordial" , Alberto Garzòn a communiqué au souverain qu' "il y a un espace politique pour un accord des gauches".

Ainsi, et dans le cas presque probable d'un échec de la candidature de Mariano Rajoy, le leader de la droite et président sortant à une nouvelle investiture, Alberto Garzòn a indiqué qu' Izquierda Unida, appuiera la future investiture du prétendant socialiste à la Moncloa, Pedro Sánchez, mais sous conditions d'un "accord social" prévoyant "l'annulation de la LOMCE (la loi qui remet en cause le système public d’éducation), l'arrêt des expulsions et un plan de relance de l'emploi public",

"Il n'est pas nécessaire d'aller à des élections anticipées. ce serait un échec pour les positions de la gauche car le Parti Populaire se reforcera" a argumenté Garzón après son audience avec le Roi. "Le citoyen Felipe de Borbón a clairement exprimé que les temps que nous vivons sont turbulents, agités. Mais il n'a pas précisé de possibles solutions. Lui, considère que c'est le Parlement et non la Monarchie qui détient le rôle protocolaire", a poursuivi le député, Alberto Garzòn considère que le "rôle" de Izquierda Unida est de "faciliter la conclusion d'un accord entre le PSOE et Podemos".qui "évite le drame d'une réinvestiture de la droite au gouvernement"..

Garzón, a la différence du porte-parole des Nouvelles Canaries, Pedro Quevedo (qui fut le premier, ce lundi, à être reçu au Palais de la Zarsuela (1), n'a pas vu un Felipe "sceptique" sur les possibilités que se forme un gouvernement sur la base du résultat des élections du 20 décembre dernier. "Je ne crois pas que le Roi ait envisagé un scénario d'élections anticipées. Il a été discret, mais je n'ai rien perçu de tel dans ses paroles" a expliqué le porte-parole de IU après sa réunion avec le monarque. Parmi les revendications que Garzón a présenté à Felipe VI au cours de l'audience et sur laquelle il a particulièrement insisté, on trouve la mesure phare d'une "nouvelle Constitution" pour "résoudre les tensions territoriales".

Les consultations se poursuivront ce jeudi matin avec Joan Baldoví (Compromís-Podemos du pays de Valence), Xavier Domènech (En Comú-Podem de Catalogne) et Albert Rivera, le leader du parti de centre-droit Ciudadanos. Les audiences se termineront ce vendredi avec le leader de Podemos, Pablo Iglesias, puis ceux du PSOE, Pedro Sánchez, et du PP, Mariano Rajoy, lequel veut se soumettra au débat d'investiture comme candidat de la force politique arrivée en tête du scrutin le 20 décembre.

Commenter cet article