Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Espagne : Rajoy abandonne, la balle est dans le camp de Sanchez

Publié le par Daniel Sario

Les propositions de Podemos ont changé tous les plans.
Les propositions de Podemos ont changé tous les plans.

Mariano Rajoy a renoncé à présenter sa candidature à la présidence du gouvernement après la première session d'investiture prévue par la consitution a annoncé la Maison royale dans un communiqué confirmé un peu plus tard par le président en fonctions, lui même, au cours d'une conférence de presse à la Moncloa, le siège du gouvernement. " En ce moment je ne présente pas les conditions requises -a dit Rajoy au monarque. Non seulement je n'ai pas une majorité de suffrages en ma faveur, mais au contraire une majorité absolue accréditée contre moi". a-t-il dit.

Le leader du Parti populaire assure qu'il ne renonce pas à être investi à un autre moment, c'est-à-dire qu'il ne veut pas être le premier à le faire tout en laissant entendre qu' "aujourd'hui" il n'a pas les suffrages suffisants mais que, plus tard, s'il a les appuis nécessaires, alors il le fera. Rajoy a par ailleurs écarté que ce soit un autre membre du PP qui se présente à l'investiture comme certains de ses "amis" politiques le suggeraient dans l'espoir d'obtenir l'adhésion ou l'abstention du PSOE sur une "grande coalition à l'Allemande". "Les gens ont voté pour le PP et son candidat a-t-il affirmé. Il faut respecter la démocratie et les votes. Le PP a gagné et le PP avait un candidat" a-t-il précisé pour clore les débats sur ce point.

Le président en fonction a fait part de son refus au monarque au cours d'une rencontre qui s'est prolongée au delà de17 heures. Auparavant, Pablo Iglesias, pour Podemos, et Pedro Sánchez, pour le PSOE, étaient passés par la Zarzuela. Et la surprise vint du leader de Podemos qui, à sa sortie du Palais royal et accompagné par ses alliés territoriaux de Catalogne, de Galice et de Valencia, expliqua lors d'une conférence de presse, qu'il avait transmis au roi son intention d'appuyer un Gouvernement présidé par le candidat socialiste dans lequel il se propose d'exercer la vice-présidence dans le cadre conditionnel d'un accord programmatique.

Un peu plus tard, Sánchez, quant à lui, n'a pas écarté la possibilité de parvenir à une entente avec Podemos; mais comme Rajoy devait terminer le cycle des visites du roi, il a clairement préféré lui laisser le soin de décider le premier. Nul doute que le président du PP ait aussi fondé son renoncement après l'annonce de Podemos, et le fait que cette alternative soit bien plus en mesure d'obtenir des soutiens que sa candidature. Il n'en demeure pas moins que le retrait du président du Parti populaire change tous les plans, puisqu'au PSOE on admettait encore ce jeudi qu'être les premiers à se soumettre au scrutin d'investiture représentait un handicap qui leur laissait moins de temps pour négocier.

Le roi a demandé au président du Parlement (el Congreso), le socialiste Patxi López, une rencontre ce lundi pour qu'il lui soumette une liste des porte-paroles des partis qui souhaiteront être à nouveau recus Les nouvelles audiences commenceront le mercredi 27. Après ce nouveau tour de table le roi proposera un nouveau candidat à l'investiture et ce devrait être Pedro Sánchez, le leader du PSOE. Avec une alternative de coalition progressiste réunissant le PSOE, Podemos, ses alliés territoriaux et Izquierda Unida ? Plus qu'à la Zarzuela, c'est désormais du côté des sièges des partis de gauche que se tournera l'attention cette semaine.

Commenter cet article