Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Varoufakis se lance dans la construction de l’Europe des peuples

Publié le par Daniel Sario

Rencontre d'Ada Colau avec Yanis Varoufakis
Rencontre d'Ada Colau avec Yanis Varoufakis

Yanis Varoufakis, ancien ministre des Finances de la Grèce, lance la création d’un mouvement politique paneuropéen, appelé "DiE.M.25 Mouvement pour la démocratie en Europe 2025". Il sera présenté à Berlin le 9 février. Il comptera sur la participation de Ada Colau et d’autres dirigeants européens qui s’opposent aux politiques d’austérité en Europe.

Par Gabriela Amaya - trduit de l'espagnol par Silvia Benitez

En juillet dernier, Varoufakis a démissionné de son poste de ministre des Finances de Tsypras afin de ne pas être un obstacle à un accord entre la Grèce et l’Europ. Le temps est maintenant venu pour l’économiste grec d’annoncer la présentation du projet paneuropéen Mouvement pour la démocratie en Europe 2025 (DiEM 25).

Le titre du projet préliminaire est très clair : DiE.M.25 L’Union européenne se démocratise. Ou se désintègre. Et la phrase suivante est encore plus percutante : Mission : démocratiser l’Europe ou abolir l’Union européenne. Le document préliminaire de six pages, qui se trouve dans le blog de Varoufakis, expose une analyse de la situation européenne et les mesures envisagées.

Le projet cherche à atteindre ses objectifs en 2025 (d’où le nom du mouvement). Dix ans pour transformer l’Europe et passer de « nous, les technocrates » et « nous, les gouvernements » à « Notre Europe, l’Europe des peuples ».

Un mouvement doté d’une nouvelle sensibilité

Selon ce qu’a déclaré Varoufakis, l’objectif est d’unir la gauche européenne, et certaines personnes ont déjà manifesté leur intérêt à se joindre à ce mouvement (dans l’état espagnol, certains militants de l’ancienne politique, comme Gauche unie, ou certaines « marées sociales », qui symbolisent les nouvelles formes de travail pour le peuple).

Sous d’autres angles et à la lumière de la langue, de la sensibilité que véhicule le document et de quelques exemples utilisés, ce qu’on recherche, c’est un projet qui va bien au-delà. Ce n’est pas seulement en raison de sa nature transfrontalière – à la hauteur de la période historique que nous vivons –, mais parce qu’il se base sur d’autres types de valeurs, qui dépassent, par exemple, les anciens mouvements de gauche et de droite; qu’il va bien au-delà des thèmes politiques et économiques; qu’il accorde une importance suprême à la vie et à la liberté des personnes; qu’il considère comme fondamentale la démocratie véritable et participative; qu’il s’appuie sur le peuple et naît du peuple; qu’il plaide pour la liberté d’expression, l’art, etc.

À la page 5 du Manifeste pour démocratiser l’Europe, il est écrit : "Nous sommes inspirés par une Europe de la rationalité, la liberté, la tolérance et l’imagination rendue possible grâce à la transparence intégrale, la solidarité réelle et la démocratie authentique".

Nous aspirons à :

  • Une Europe démocratique dans laquelle l’autorité politique découle des peuples européens souverains
  • Une Europe unie, dont les citoyens des différentes nations ont des points en commun entre eux et au sein d’une même nation
  • Une Europe décentralisée, qui se sert du pouvoir central pour accroître au maximum la démocratie dans les lieux de travail, les villages, les villes, les régions et les états
  • Une Europe sociale, qui reconnaît que la liberté signifie non seulement être libre de toute ingérence, mais aussi pouvoir compter sur les biens de base qui permettent à une personne d’éviter pénuries et exploitation
  • Une Europe plurielle dans ses régions, ses ethnies, ses religions, ses nations, ses langues et ses cultures
  • Une Europe transparente dans laquelle toutes les décisions sont prises sous le regard des citoyens
  • Un Europa cultivée, qui met à profit la diversité culturelle et rend hommage non seulement à son patrimoine culturel, mais aussi au travail des artistes, des musiciens, des écrivains et des poètes dissidents de l’Europe
  • Une Europe réaliste, qui fait le meilleur usage possible des moyens à sa disposition
  • Une Europe productive, qui oriente les investissements vers une prospérité partagée, verte
  • Une Europe technologique, qui met les nouvelles technologies au service de la solidarité
  • Une Europe influencée par l’histoire, qui cherche un avenir meilleur sans dissimuler son passé
  • Une Europe créative, qui libère la force d’innovation qui réside dans l’imagination de ses citoyens
Ada Colau fait partie du projet

On a appris que la mairesse de Barcelone, Ada Colau, fait partie du projet et qu’elle jouera un rôle important dans la présentation et le mouvement. Pour Varoufakis, Colau est un exemple pour l’Europe. Quelques jours auparavant, lors d’une entrevue qu’il a accordée au journal espagnol El País, il a parlé d’elle en ces termes : « Ada Colau représente cette partie de la politique qui ne s’est pas laissée dévorer par le prédateur… Elle est importante, un exemple pour l’Europe. Elle a démontré qu’il est possible de faire de la politique en affrontant judicieusement le pouvoir économique. »

Les paroles que Colau a adressées à un média, avant les élections municipales qu’elle a remportées, prennent maintenant un autre sens. En effet, à une question sur sa position face à une possible indépendance de la Catalogne, elle a répondu : « Je ne suis pas indépendantiste. Ni Catalane, ni Espagnole. Je suis en faveur du dépassement des frontières parce qu’elles n’existent que pour les personnes démunies. ». D’un autre côté, il semble que des personnalités politiques de divers pays participeront également au projet, des personnalités qui se sont opposées aux politiques imposées depuis l’Allemagne.

Symbolisme dans la présentation de DiEM 25

La présentation du 9 février aura lieu à Berlin, au cœur de l’Allemagne, là où sont dictées les politiques auxquelles doivent se soumettre les populations européennes, surtout les pays du Sud. Et elle aura lieu au théâtre Volksbühne Berlin (dont le nom signifie « Scène du peuple »), voué aux auteurs alternatifs, qui se trouve sur la place Rosa-Luxemburg. Tout revêt un symbolisme.

Selon des déclarations de Varoufakis, la présentation devait avoir lieu en novembre dernier, mais elle a été reportée par suite des attentats de Paris, compte tenu de la gravité des événements et pour éviter que la nouvelle ne passe inaperçue. Nous ignorons si cette présentation marquera enfin le début de la véritable construction de l’Europe des peuples – si injustement reportée –, et sera le prélude de la si désirée Nation humaine universelle… mais la tentative en vaut la peine.

Commenter cet article