Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les sympathisants de Podemos plébiscitent la ligne "Iglesias"

Publié le par Daniel Sario

Les sympathisants de Podemos plébiscitent la ligne "Iglesias"

88% des sympathisants de Podemos se sont prononcés contre le pacte "Rivera-Sanchez", alors que 92% plébiscitent un gouvernement de changement. Pablo Iglesias demande au PSOE de consulter ses adhérents sur un accord de coalition avec Podemos.

La caution est incontestable. Les sympathisants de Podemos ont avalisé la position de négociation défendue par la direction du parti. Pablo Iglesias est légitimée par un appui massif de sa base pour dire à Pedro Sanchez qu’il était seulement disposé à accepter une coalition de Gouvernement de changement qui exclue Ciudadanos. 88,23% des sympathisants violets ont voté « non » au pacte Rivera-Sanchez, comme le demandait le secrétaire général de Podemos, qui avait averti que, dans le cas contraire, il assumerait sa responsabilité et démissionnerait.

Seulement 11,7% se sont montré favorables à cet accord. En revanche, le gouvernement de « changement » a été soutenu par 91,79% des votants. La décision des militants implique, de fait, que selon toute probabilité il y aura répétition des élections et légitime Iglesias pour débuter une campagne qui s’annonce houleuse et pleine de critiques. Après avoir pris connaissance des résultats, Iglesias a demandé à Sanchez d’oser organiser lui aussi un référendum interne en demandant aux militants socialistes s’ils seraient d’accord pour un gouvernement de coalition avec Podemos.

Les résultats qu’a présentés le secrétaire à l’organisation du parti depuis Saragosse, ne constituent pas de grandes surprises mais constituent un bouclier de fer pour le leadership de Pablo Iglesias. Pablo Echenique les a qualifiés d’ « historiques », sans vouloir se prononcer sur ce qui peut arriver dans les prochains jours, mais tout en se montrant sceptique sur la possibilité d’une entente de dernière heure avec le PSOE.

Les chiffres du référendum sont déterminants, en premier lieu, parce qu’ils viennent épauler la stratégie de négociation conduite par Iglesias. En dépit des tentatives du PSOE et de Ciudadanos visant à lui faire endosser la responsabilité de l’échec sur l'accord "Rivera-Sanchez" et un probable retour aux urnes le 28 juin, le Podemiste dispose désormais d'un temps dégagé jusqu'aux élections, avec l’incontestable appui de ses militants. La pression du calendrier est amortie par la décision de sa base.

En plus, le résultat atteint un autre objectif fondamental : mobiliser la base dans un contexte de précampagne. Dans la consultation, réalisée entre jeudi et samedi, 149 444 personnes ont voté soit 38% des inscrits recensés (393 538 au total), ce qui constitue un record de participation chez Podemos, et a soulevé l’optimisme de la direction du parti. En effet, celle-ci semblait détecter depuis quelques mois une certaine érosion au contact des sympathisants et craignait que cette déconnexion ne se traduise par peu d’implication dans le référendum interne.

Ainsi, le nombre élevé de votes vient imprimer de l’espoir chez les dirigeants avant le scénario électoral. Plus de personnes ont voté, même par rapport à l’assemblée fondatrice de Vistalegre en octobre 2014. Les territoires avec la meilleure participation ont été Madrid, l’Andalousie, la Communauté de Valencia et la Catalogne. Les associés de Podemos en Galice, "En Marea", ont annoncé ce lundi qu’ils consulteraient aussi leurs bases, les 21 et 22 avril. Les résultats seront connus samedi 23.

Ce dimanche, Podemos célèbrera à Madrid, la fête du Printemps, au parc Tierno Galvan, ce qui constituera une première étape de la mobilisation et une excellente façon de rapprocher les dirigeants des sympathisants, inquiets après des mois loin de la rue et submergés par le maelström institutionnel.

Commenter cet article