Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Aux abois, Hollande menace d'interdire les manifestations

Publié le par Daniel Sario

Aux abois, Hollande menace d'interdire les manifestations

François Hollande a annoncé ce mercredi en Conseil des ministres qu'il n'y aurait plus d'autorisation de manifester si la préservation des "biens et des personnes" ne pouvait être "garantie". De son côté, Manuel Valls a déclaré, ce matin sur France Inter que "le gouvernement ne changera pas un texte qui est déjà le résultat d'un compromis avec les syndicats réformistes il y a plusieurs mois".

La CGT a estimé mercredi que "menacer d'interdire les manifestations était le signe d'un gouvernement aux abois", en dénonçant les accusations "inacceptables" du Premier ministre Manuel Valls qui a évoqué une attitude "ambiguë" du syndicat à l'égard des casseurs. La CGT a souligné qu'il incombait "aux pouvoirs publics" dont Manuel Valls "a la première responsabilité, d'assurer la sécurité et le maintien de l'ordre", au lendemain de violences intervenues lors d'une manifestation nationale. La CGT "tient à rappeler au Premier Ministre que, comme il n'est pas de la responsabilité des supporters d'assurer la sécurité dans et autour des stades de l'euro de football, de la même façon il n'est pas de la responsabilité des manifestants d'assurer la sécurité dans et autour d'une manifestation autorisée par la Préfecture de police". Elle assure avoir pris "les dispositions nécessaires afin de garantir la sécurité des participants à cette manifestation massive". "Plutôt que de faire l'inventaire tendancieux d'éléments à charge contre la CGT, Manuel Valls ferait bien mieux d'entendre la majorité des salariés, des jeunes et plus largement des citoyens qui rejettent ce projet de dumping social et de destruction de notre modèle de société" conclut la CGT, en référence à la loi travail.

Pour Eliane Agassi, la présidente du groupe Communiste, républicain et citoyen (CRC) au Sénat, le chef de l'État "porte atteinte au droit constitutionnel de manifester" "Nous pensons que cette journée fut une démonstration de force de l'intersyndicale, et non un baroud d'honneur", a souligné la sénatrice de Seine-Saint-Denis, affirmant que "cette réalité a échappé au gouvernement". Pour elle, "la réponse du pouvoir à l'exigence populaire de retrait du texte est terrible". "Quand Manuel Valls dit qu'il ne veut pas rediscuter de l'article 2, il fait le choix de l'affrontement". Et "s'il fait le choix de rester droit dans ses bottes, nous serons droits dans nos bottes", a-t-elle prévenu. "J'envisage de demander une commission d'enquête sur les faits qui se passent en marge de la manifestation", a-t-elle aussi annoncé.

Une déclaration de Pierre Laurent, secrétaire national du PCF : "Hier, un magnifique et puissant défilé des salariés et de la jeunesse a montré l'isolement du gouvernement sur la loi El Khomri. Son acharnement à imposer cette loi sans la rediscuter et sans majorité législative pose un grave problème démocratique. En marge de cette manifestation, des bandes de casseurs ont de nouveau pu semer la violence en s'attaquant, notamment, à l'hôpital Necker. Le gouvernement utilise ces faits condamnables et que nous condamnons pour tenter de discréditer les manifestants et les syndicats organisateurs. Avec les parlementaires communistes, présents sur le point fixe du PCF situé boulevard de Port-Royal, j'ai pu constater, une nouvelle fois, que ces bandes de casseurs agissaient à l'écart de la manifestation.

Alors qu'ils sont parfaitement identifiés, pourquoi ne sont-ils pas interpellés et comment peuvent-ils continuer à agir à chaque manifestation ? Alors que les pouvoirs publics savent interdire aux hooligans d'accéder aux enceintes sportives, pourquoi ces bandes de casseurs peuvent, en toute impunité, venir semer le désordre et le chaos ? La menace d'une interdiction de manifester, exprimée ce jour par le chef de l’État et le premier ministre, est un signe extrêmement préoccupant de fébrilité dans un moment où, tout au contraire, notre démocratie et notre République doivent affirmer avec force leurs principes et leurs valeurs essentielles. Nous appelons donc le pouvoir à ne pas perdre son sang froid, à reprendre la négociation et à agir pour assurer la sécurité des biens et des personnes et celle du droit de manifester. Le gouvernement ne peut se soustraire à ses responsabilités en s'attaquant à une liberté constitutionnelle qui permet de faire entendre dans l'unité et sans violence le rejet de la loi El Khomri."

Commenter cet article