Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Balaruc : la construction des thermes va pouvoir continuer

Publié le par Daniel Sario

P1010409.JPG

Le coût total du nouvel établissement thermal est de 59 millions d'euros. Ouverture prévue en 2014.

Le Tribunal administratif de Montpellier vient de rendre son verdict. Il déboute les dépositaires du référé suspensif. Christine Thumerel

L'épée de Damoclès qui planait depuis la mi-novembre sur la construction du nouvel établissement thermal (NET) est levée. le tribunal administratif de Montpellier vient de rendre son verdict : les cinq personnes dépositaires d'un référé suspensif, opposées au projet sur le site des terrains du tambourin, ont été déboutées. Le maire Gérard Canovas est évidemment "ravi de cette décision" qu'il attendait tout de même "sereinement", faisant "confiance en la justice" du pays. Le député PS de la 8è circonscription Christian Assaf salue éfgalement cette annonce. Soulagement enfin, du côté du collectif de soutien. Au travers de ce verdict, c'est aussi sa mobilisation qui a payé. Médecins et personnels des thermes, assoications de curistes, retraités CGT ainsi que de nombreux acteurs de la vie économique, se sont en effet fédérés depuis 2011, date des premiers recours déposés par les opposants.

 

 Ces dernières semaines le collectif a multiplié les actions : permanences dans les thermes afin de sensibiliser les futurs utilisateurs du NET, pétition (près de 7000 signatures), distributions de tracts sur les marchés, etc. Il faut dire que toute l'économie locale était sur la selette avec ce référé suspensif : 400 emplois directs, 2000 induits sur le Bassin de Thau. Les travaux vont donc pouvoir continuer. Du moins jusqu'en mars prochain. C'est là que seront examinés les deux autres recours déposés par les opposants. L'un contre la révision simplifiée du plan d'occupation des sols, l'autre le permis de construire au regard du PPRI (Plan de prévention des risques d'inondation). "Le futur bâtiment est à 2,25 mètres du niveau de la mer, rétorque le collectif. Le seuil maximum du PPRI est fixée à 2,02 mètres. Tout est donc conforme aux règles édictées".

 

 Conseil municipal, jeudi. Même si la question n'est pas à l'ordre du jour, Gérard Canovas devrait revenir sur le dossier lors du conseil municipal de ce jeudi, à 18h30.

Commenter cet article