Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sébastien Denaja et Yvonne Le Dain parmi les fossoyeurs du Code du travail

Publié le par Daniel Sario

denaja-Sebastien.jpg

Ces deux députés de l'Hérault font partie de la centaine de parlementaires socialistes qui appellent à transcrire dans la loi, sans en modifier l'équilibre, l'accord minoritaire sur l'emploi signé par le Medef, la CFDT, la CFTC et la CFE-CGC

Selon ces élus qui s'expriment dans le Journal du dimanche, l'accord sur l'emploi conclu début janvier "marque la naissance d'un nouveau modèle social". "Grâce à cette méthode, la démocratie senrichit de la participation des acteurs sociaux à notre objectif commun de lutte contre le chômage. (...) Parlementaires de la majorité, nous soutenons cette méthode parce quelle donne enfin une chance à la démocratie sociale dans notre pays", ajoutent les signataires parmi lesquels figurent les députés Patricia Adam, Patrick Bloche, François Brottes, Elisabeth Guigou, Christian Eckert, Catherine Lemorton ou Jean-Jacques Urvoas mais aussi les députés de l'Hérault Sébastien Denaja (7è circonscription - Sète) et Yvonne Le Dain (2ème circonscription - Montpellier).
"La méthode revendiquée de la négociation pose, certes, sans arrêt les questions sur le rythme des réformes et sur les concessions accordées ou les arbitrages rendus, mais elle permet de mobiliser toutes les forces et les énergies du pays pour ancrer le changement dans la durée. La culture du dialogue favorise l'accord, elle permet à chaque représentant, syndical ou patronal, de prendre ses responsabilités et de trouver des compromis", ajoutent ces parlementaires. Mais, disent-ils, "notre pouvoir, cest d'abord celui de respecter la voie choisie par les partenaires sociaux en transcrivant dans la Loi, sans en modifier l'équilibre, l'accord qu'ils ont conclu". Ces derniers n'évoquent en revanche pas le fait que cet accord dit de sécurisation de l'emploi n'a pas recueilli le soutien de la majorité des organisations syndicales. Ils ne soulignent pas non plus les véritables reculs du droit du travail que le texte va enterriner. Ils devront pourtant, tôt ou tard,  rendre des comptes aux salariés de leurs circonscriptions.

Commenter cet article