Une page noire méconnue de l’histoire de Montpellier

Publié le par PcfBalaruc

 Franco-et-petain-a-Montepllier.jpg

Francisco Franco et le maréchal à Montpellier le 13 févrie 1941
Le 13 février 1941 Philippe Pétain rencontrait le dictateur Franco à Montpellier.  Des retrouvailles entre amis de même idéologie fasciste. Par Eloi Martinez

  

Cela fait 70 ans, au retour d’un voyage à Bordighera (Italie) où il venait de rencontrer Mussolini, Franco faisait halte à Montpellier pour s’entretenir avec le Maréchal Pétain. Nous sommes le 13 février 1941. Les deux hommes se connaissent bien. Pétain avait été nommé ambassadeur de France à Burgos dès février 1939 par Edouard Daladier (Radical) alors Président du Conseil. La France de la Troisième République venait de reconnaître le dictateur Franco alors que la République espagnole livrait encore ses derniers combats. Une deuxième trahison après la décision de non intervention en 1936. En France depuis début février 1939, des dizaines de camps de concentration s’ouvrent pour interner les républicains espagnols. C’est dans ce contexte d’amitié réciproque et de haine des « rouges » que se sont déroulés ces entretiens.

 Ces déplacements de Franco en Italie et à Montpellier portaient sur la stratégie de l’Axe et la position à adopter avec l’Allemagne nazie ainsi que sur les intérêts coloniaux des uns et des autres en Afrique. Mais à Montpellier il fut question sans aucun doute et c’est la partie secrète des entretiens, de la présence dans la région de dizaines de milliers de républicains espagnols encore internés dans des camps et de la demande de Franco d’en extrader des milliers. On sait le sort que leur a réservé le dictateur à leur arrivée en Espagne: l’élimination méthodique de ceux que la police de Vichy renvoyait à Franco, tout comme de ceux de l’intérieur qui subissaient une répression impitoyable. De ce point de vue la France porte une énorme responsabilité sur ce que l’on peut appeler aujourd’hui un génocide. Franco a tué plus de républicains espagnols après la guerre d’Espagne que pendant.

L’historien Matthieu Séguéla dans son livre «Pétain – Franco les secrets d’une alliance» décrit cette rencontre de Montpellier «la population avait compris à cause des rafles monstres faites dans toute la ville, que le Maréchal allait venir (…) les rafles concernent en général lors des déplacements de Pétain les communistes, les socialistes, les maçons et tout suspect hostile au nouveau régime. Les autorités y adjoindront les réfugiés espagnols. Plusieurs milliers de ces « indésirables » s’étaient alors retrouvés incarcérés, réunis et maintenus dans leurs camps». Le 13 février, alors que Pétain arrive en gare de Montpellier, la rumeur court déjà sur l’arrivée de Franco. La place de la préfecture s’emplit de partisans de Pétain  triés sur le volet: anciens combattants couverts de médailles, un nombre incroyable de scouts, d’éclaireurs… Autour du Maréchal beaucoup de bras sont levés à l’hitlérienne. Franco repartira le soir même vers l’Espagne assuré d’une fidèle collaboration de son ami Pétain. La France continuera de livrer à Franco et à Hitler les républicains espagnols.

L’Association pour le Souvenir de l’Exil Républicain Espagnol en France* évoquera ces évènements, le 14 avril 2011 lors d’une commémoration à Montpellier, allée des Républicains Espagnols prés du Corum, un rassemblement qui se tiendra dans le cadre du 80è anniversaire de la seconde République Espagnole qui fut proclamée le 14 avril 1931.

 

 

Commenter cet article

ROUX 08/12/2013

J'ai le regret de vs dire que Pierre Soulages par ailleurs publiquement hostile aux 2 chefs militaires césaristes, dément votre affirmation d' accès réservé à la préfecture de Montpellier le 13 février 1941. Ce jour là en effet, Soulages débarque de son Rouergue natal et cherchant un hôtel à tarif étudiant, il est orienté vers le Rodez dans le quartier de la Préfecture. Croyant entendre le slogan "du pain, du pain", il se rapproche de la manif pour voir apparaître au balcon Pétain et Franco. (Entretiens France-Culture 1 et 2 juillet 2010).


Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog