Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Balaruc : dans "L'Espoir" de ce mois

Publié le par Daniel Sario

"L'Espoir" de septembre-octobre vient de sortir. Au sommaire :

- Nouvelle réforme des retraites : salariés et retraités en ligne de mire

- Syrie : non à une intervention militaire

- tarif EDF : l'hiver s'annonce coûteux

- Hinterland : une aberration économique et écologique

et l'éditorial par Gérard Escot : 

Budget de l'Etat : les ménages pour cible

Lors du Conseil des ministres du 11 Septembre, le Premier ministre a fixé les orientations pour la loi de finances et celles de la sécurité sociale, pour 2014. Si les débats au parlement ne viennent pas modifier ces textes, ce sont les services publics et les particuliers qui vont supporter les milliards d’économie budgétaire : 15 milliards pour les dépenses de l’État, trois milliards de nouvelles recettes à trouver, notamment dans la poche des contribuables. Mis à part l’Éducation nationale, l’Intérieur et la justice, tous les budgets d’intervention de l’État vont connaître des coupes sombres, y compris celui des collectivités territoriales. Les élus vont devoir bien cadrer leurs projets municipaux pour répondre aux besoins des populations, sans les pénaliser financièrement.

Tout est fait dans ce budget national pour coller aux injonctions de Bruxelles, avec un transfert de fiscalité sur les ménages et une augmentation du taux de la TVA intermédiaire de 7 à 10% tandis que le taux normal passera de 19,6 à 20%. Le pouvoir d’achat, au regard du gel des salaires et des pensions, va en prendre un sacré coup. Tout cela, après une hausse des prélèvements de 33 milliards en 2013 et 22 milliards en 2012. Pour quel résultat …

Par contre, les entreprises seront bichonnées. Le gouvernement prévoit certes une évolution de l’imposition de celles-ci, mais pour qu’elles « pèsent moins sur les facteurs de production », il est prévu une baisse de leurs cotisations de participation à la politique familiale, ainsi qu’une baisse de l’impôt sur les sociétés.

De fait, ce budget va permettre de finaliser le financement du crédit d’impôt des entreprises, 20 milliards d’euros, soit disant pour la compétitivité et l’emploi, qui viennent s’ajouter aux milliards déjà engrangés par les multinationales sous formes de cadeaux fiscaux et aux 100 milliards accordés l'an dernier aux entreprises du CAC 40 pour une relance économique invisible, alors que les profits ont explosé.

Tout montre en France et dans le monde, que l’austérité ne règle aucun problème. Il faut donc changer de cap en créant de l’emploi ( 1 million d’emplois équivalent à 5 milliards d'euros de cotisations) et faire cotiser les profits du CAC 40 au même taux que les salaires, ce qui rapporterait entre 60 et 80 milliards selon le niveau de spéculation. Vous avez dit crise !

Avec nos député(es) et sénateurs(trices) , celles et ceux du Front de Gauche, nous allons proposer, amender ces textes et nous battre pour modifier ces orientations dans le sens d’une vraie croissance maîtrisée et du progrès économique, écologique et social. Pour les aider, il devient nécessaire que le mouvement social se développe.

Gérard Escot (à dr sur le cliché) dénonce la politique gouvernementale

Gérard Escot (à dr sur le cliché) dénonce la politique gouvernementale

Commenter cet article