Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Une nouvelle étape pour le Front de gauche

Publié le par Daniel Sario

Nouvelle-etape-pour-le-Front-de-gauche.jpeg

Les différentes forces du mouvement ont rendu public hier un nouveau texte d’orientation qui définit son ambition des prochains mois et trace de premières perspectives pour 2014. Par Julia Hamlaoui


«Face à la crise, une course de vitesse est engagée entre deux types de réponses possibles : l’une démocratique et solidaire et l’autre autoritaire et porteuse de profondes régressions sociales. (…) Nous avons donc un rôle historique : rassembler pour construire une alternative de gauche rompant avec les logiques libérales et sociales-libérales. » Telle est l’ambition affichée par le Front de gauche dans le texte d’orientation que sa coordination a adopté la semaine dernière et qui a fait l’objet d’un «accord unanime» des membres de son conseil national, vendredi, aux côtés d’un second volet sur le développement du mouvement. Après le texte stratégique d’avril 2011, cette nouvelle mouture rendue publique hier, a vocation à «apporter des éléments de réponse» pour aborder «une nouvelle étape» du mouvement.

 

Tirant les enseignements de la dernière période, de «la campagne inédite qui a rendu possible la défaite de Sarkozy» à la «politique sociale-libérale assumée» du gouvernement, le Front de gauche fixe son cap. «Nous n’attendrons pas 2017», affirme-t-il, se voulant capable de «faire la démonstration qu’une politique alternative à l’austérité est possible à gauche et qu’elle peut être majoritaire», dans l’esprit de sa campagne lancée à Metz la semaine dernière. Considérant, comme déjà à de multiples reprises, que «la politique du gouvernement Ayrault conduit à l’échec» et refusant de se résigner «à ce que la droite extrémisée, voire l’extrême droite, représentent à terme l’alternative», le Front de gauche «entend, dans les mobilisations et les élections à venir, œuvrer à des solutions de gauche immédiates face à la crise, et à la construction d’une politique et d’une majorité alternatives». Ambitionnant de devenir «un front du peuple», il compte ainsi s’adresser «à toutes celles et ceux qui, à gauche, quelles que soient leur préférence et leur appartenance politique, veulent agir et ne se retrouvent pas dans les choix d’austérité» au travers de différents «rendez-vous» qui jalonneront son activité des prochains moi.

 

Quant aux échéances électorales de 2014, elles «feront l’objet d’un débat spécifique». Cependant, le texte affirme l’objectif d’être «à l’offensive» aux municipales, d’y faire échec à la droite et à l’extrême droite tout en en faisant «des points d’appui pour refuser la logique d’austérité». Une première réunion devrait avoir lieu au printemps sur le contenu programmatique de cette campagne, tandis que la discussion sur «les formes concrètes des rassemblements» devrait «s’engager sans tarder». L’élection européenne y est également considérée comme un rendez-vous essentiel, pour lequel l’objectif est de «bousculer le rapport de forces à gauche en notre faveur».

Tenir le front coûte que coûte «Unis dans les luttes»... le Front de gauche programme déjà les futures campagnes à mener dans les mois qui viennent : droit de vote des étrangers, régularisation des travailleurs sans papiers, actions dans le cadre de la campagne d’«alternative à l’austérité» (meetings, réunions publiques, marches départementales…). Un front uni qui se déclinera au Parlement : le projet de loi découlant de l’accord sur l’emploi y arrivant en mars, il faudra « interpeller les parlementaires, notamment PS et EELV », majoritaires à l’Assemblée.

Commenter cet article