Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les kurdes chassent les djihadistes de Kobané après le massacre

Publié le par Daniel Sario

Un combattant kurde et son fils dans Kobané, libéré.  Crédit photo: AFP.
Un combattant kurde et son fils dans Kobané, libéré. Crédit photo: AFP.
Les forces kurdes ont chassé samedi les combattants de l'Etat islamique (EI) de Kobané après que les djihadistes ont tué en 48 heures plus de 200 civils, dont des femmes et des enfants, dans cette ville du nord de la Syrie en guerre.

En lançant jeudi un assaut surprise contre la cité frontalière de la Turquie, les djihadistes s'étaient retranchés dans des immeubles et avaient pris en otage des dizaines de civils. Des familles entières ont été tuées, le dernier bilan s'élève à 206 victimes. Le journaliste et militant Roudi Mohammad Amine a confirmé que "les YPG ont repris toute la ville". "Les forces kurdes ont fait exploser des mines posées autour du lycée avant d'y pénétrer" et après s'être assurées qu'il n'y avait plus de civils dans le bâtiment, a-t-il dit à l'AFP via internet. Ce lycée situé l'Est de la ville était le dernier endroit où des troupes de l'EI étaient retranchées.

Des Kurdes en armes continuent à ratisser la ville à la recherche de djihadistes qui se seraient cachés après leur retraite. Mais aussi à la recherche de cadavres de civils, dont beaucoup, au moins 120 ont été exécutés chez eux. Les victimes ont été exécutées, tuées par les obus de l'EI ou par ses tireurs embusqués. C'est l'un des pires massacres perpétré par les djihadistes, qui même s'ils ont perdu leurs positions dans la région, ont marqué de la pire manière les habitants. "Les jihadistes ne veulent pas contrôler la ville, ils viennent juste pour tuer le plus grand nombre de civils de la pire manière", a affirmé un militant, Mostafa Ali.

L'EI avait subi en janvier à Kobané son premier revers depuis le début de son expansion en 2013 en Syrie, pays ravagé par la guerre civile depuis plus de quatre ans. Il en avait été chassé par les YPG, aidées des frappes de la coalition internationale dirigée par les Etats-Unis, après quatre mois de combats sanglants. La nouvelle attaque inattendue à Kobané peut être interprétée comme une "vengeance" autant que comme une "opération de diversion" de la part des jihadistes qui ont subi une série de défaites dernièrement face aux forces kurdes dans le nord de la Syrie. Ces dernières se trouvent en effet à seulement 56 km au nord de Raqa, principal fief de l'EI en Syrie.

Commenter cet article