Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Où est passé Marwan Barghouti ?

Publié le par Daniel Sario

Marwan Barghouti est non seulement le symbole de l’oppression coloniale israélienne mais aussi le porte-parole du peuple palestinien. L’attitude israélienne semble n’être qu’une provocation de plus.  Photo : AP
Marwan Barghouti est non seulement le symbole de l’oppression coloniale israélienne mais aussi le porte-parole du peuple palestinien. L’attitude israélienne semble n’être qu’une provocation de plus. Photo : AP

On est sans nouvelle du dirigeant palestinien. Tel Aviv l’a sorti de la prison de Ramon, où il se trouvait, mais même sa famille ne sait pas où il se trouve. Marwan Barghouti est proposé comme prix Nobel de la paix.

Par Pierre Barbancey

Où se trouve Marwan Barghouti ? Une question politique et angoissée, posée non seulement par la famille du dirigeant palestinien mais également par l’ensemble des forces progressistes de par le monde. Marwan Barghouti, figure de paix et de résistance en Palestine et emprisonné depuis plus de quatorze ans, a été transféré de sa prison de Ramon, en Israël, dans un endroit tenu secret. Ni le détenu ni sa famille n’ont été prévenus. La « Campagne internationale pour la Libération de Marwan Barghouti et tous les prisonniers palestiniens » (France) réagit ainsi : « Nous avons appris avec inquiétude que Marwan Barghouti, détenu – illégalement – par les autorités d’occupation israéliennes depuis de nombreuses années, ne se trouve plus dans la prison de Ramon, où il avait été transféré il y a une semaine après avoir passé près de dix ans en isolement collectif dans la cellule 28 de la prison de Hadarim. Il est impossible de savoir où Marwan a été transféré et sa famille est sans nouvelles à ce jour. Ce transfert arbitraire et sans prévenir la famille ou le détenu en amont, et sans information claire sur le nouveau lieu de détention, constitue une mesure punitive illégale. »

L’inquiétude est forte sur le sort du militant de la paix

Militant palestinien de toujours, ancien dirigeant étudiant lors de la première Intifada à la fin des années 1980, Marwan Barghouti a déjà passé vingt ans de sa vie en prison, dont les quatorze dernières années, et trois ans en isolement individuel. Il est reconnu comme le dirigeant le plus populaire chez les Palestiniens, partisan résolu d’une solution politique basée sur deux États, il est député et président du Groupe d’amitié Palestine-France au Parlement palestinien.

En reconnaissance de son engagement pour une paix basée sur la justice et le droit international, dans l’unité des Palestiniens, il vient d’ailleurs d’être nominé pour le prix Nobel de la paix par des Nobel et de nombreux parlements de par le monde. Le prix Nobel de la paix Adolfo Perez Esquivel, le Parlement arabe et d’éminents parlementaires belges, ont proposé la nomination de Marwan Barghouti au Nobel de la paix, tandis que les lauréats tunisiens du Nobel 2015 lui ont remis symboliquement leur prix.

L’inquiétude est forte sur le sort de ce militant de la paix. Les autorités israéliennes, engagées dans une course à l’extrémisme, ne répondent pas. La nomination d’Avigdor Lieberman au poste de ministre de la Défense, lui qui appelait à décapiter les « terroristes palestiniens » – dans son langage tout palestinien –, explique-t-il cela ? Benyamin Netanyahou, dont l’impunité a récemment été reconnue de fait par le premier ministre français, Manuel Valls, se sent-il les coudées franches ? On le sait peu mais, après le vote par la France d’une résolution de l’Unesco reconnaissant le patrimoine palestinien à Jérusalem-Est, les protestations de Netanyahou et les quasi-excuses de Valls et Hollande, l’ambassadeur de France à l’Unesco a été débarqué. Tel Aviv tente-t-il d’empêcher les Palestiniens de dégager une nouvelle stratégie politique face à l’intransigeance de l’occupant ? C’est d’autant plus préoccupant qu’Israël ne cache plus sa volonté de frapper de nouveau la bande de Gaza.

La nomination de Lieberman abonde dans ce sens. Une fois de plus, Tel Aviv veut faire croire que les Palestiniens sont contre la paix. Alors que s’ouvre, vendredi à Paris, une conférence internationale consacrée au Proche-Orient, l’attitude israélienne semble n’être qu’une provocation de plus. Une provocation lourde de conséquences si, dans les tout prochains jours aucune communication n’est faite sur le sort de Marwan Barghouti. Pourquoi un tel transfert ? Pourquoi dans le secret ? Une fois de plus, Israël montre sa volonté guerrière, son mépris de la communauté et du droit international.

La communauté internationale est interpellée

La « Campagne internationale pour la libération de Marwan Barghouti et de tous les prisonniers palestiniens » (France) demande aux autorités françaises et à tous les parlementaires de faire pression sur Israël afin d’avoir des nouvelles de Marwan Barghouti et du lieu de son incarcération. À l’instar de Nelson Mandela, Marwan Barghouti est non seulement le symbole de l’oppression coloniale israélienne mais aussi le porte-parole d’un peuple qui veut sa libération dont l’acte fondateur sera la création de l’État de Palestine, dans les frontières de 1967, avec Jérusalem-Est comme capitale. Le gouvernement français devrait s’appuyer sur la volonté du Parlement, qui s’est exprimé en ce sens.

Commenter cet article