Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ada Colau veut créer un "nouvel espace politique" en Catalogne

Publié le par Daniel Sario

Xavier Domènech, Gerardo Pisarello et Ada Colau, parmi d'autres dirigeants de En Comú Podem, dans le Pati Llimona de Barcelona. Photo Danni Caminal
Xavier Domènech, Gerardo Pisarello et Ada Colau, parmi d'autres dirigeants de En Comú Podem, dans le Pati Llimona de Barcelona. Photo Danni Caminal
Colau tend la main aux anticapitaliste de la CUP (Candidatura de Unitat Popular - Anticapitalistes catalans) pour la future alliance politique en Catalogne. La mairesse de Barcelone affirme que qu'il n'a pas encore été question de noms ni de chefs de file et insiste sur le fait qu'elle n'aspire a aucune autre charge.

Ada Colau a confirmé ce lundi l'intention de sa formation Barcelona en Comú d'occuper "un nouvel espace politique" qui embrasse tout le teritoire catalan. Comme elle l'a annoncé ce jour, l'idée est de forger une convergence (ils refusent le terme de "coalition") d'organisations de la gauche alternative qui doit émerger d'une "assemblée constituante" dont le calendrier de mise en place n'est pas encore fixé. La mairesse de Barcelone a également tendu la main à la CUP et à "la partie la plus catalaniste du Parti socialiste catalan (PSC) " pour qu'ils se rallient à un projet qui ait comme axes centraux le "premier rôle citoyen" et "le droit à décider dans le sens le plus large de l'expression".

"Tout le monde est bienvenu" a affirmer Colau en conférence de presse. Accompagnée par Xavier Domenech, le chef de file de En Comú Podem au Parlement espagnol, de Marcelo Expósit, lui aussi député à la Chambre basse et de Susanna Segovia, membre de l'exécutif de Barcelona en Comú, la première magistrate barcelonaise a insisté sur le fait que la future alliance commence maintenant à se former "sans la précipitation d'un calendrier électoral" et que l'idée est de continuer à travailler en relation avec les diverses entités impliquées, sans qu'aucune d'elles ne perde sa personnalité. " Il ne s'agit pas d'une soupe de sigles" a-t-elle préciser.

La formule du succès. La mairesse de Barcelonne n'a mentionné ni Podem, ni Catalunya Verds (ICV) ni Esquerra Unida i Alternativa (EUiA), ses alliés dans l'excitante formule qui a remporté la victoire en Catalogne aux élections générales du 20 décembre avec 12 députés. En aucun moment, Ada Colau n'a parlé en tant que représentante de Barcelona en Comú pour bien marquer le territoire respectif des forces qu'ont dirigées Pablo Iglesias et Joan Herrera, mais sa défense de cet "autre espace politique" a tourné sans réserves autour de la coalition de En Comú Podem.

La semence est plantée et à partir de là elle doit amplifier le socle citoyen au cours d'une expansion qui peut déboucher aussi bien sur de la contestation que sur l'entente avec la CUP (Candidature d'unité populaire - convergence anticapitaliste), compte tenu que leurs propositions sociales défendent l'intérêt du même électoral. La principale différence c'est donc l'identité, mais les "Cuperos" sont nettement indépendantistes et le drapeau de En Comú Podem c'est le référendum. Cependant, les premiers essaient d'attirer les seconds afin de les impliquer dans le "processus constituant" d'un hypothétique nouvel Etat catalan, bien que les seconds tentent de séduire les premiers avec une offre de "droit à décider" sur des "souverainetés" de tout type.

Ada Colau n'aspire pas à d'autres charges. Avec cette défense du plébiscite d'autodétermination, la future convergence met également à profit la situation pour faire un clin d'oeil aux électeurs du Parti socialiste de Catalogne rassemblés autour des idées de Pere Navarro (1) quand celui-ci était à la tête des socialistes catalans et réclamait une consultation pour solutionner l'écheveau catalan en Espagne. "Maintenant nous espérons que le PSC aide le PSOE dans ce débat" a jugé Xavier Domènech.

Autre inconnue encore non résolue sera le rôle que jouera Colau dans cette nouvelle plateforme. Elle a souhaité qu'on ne parle pas encore de personnes ou de responsabilités mais du projet politique comme point de départ. Immédiatement après, elle a ajouté qu'elle n'a "aucune aspiration à d'autres charges", qu'elle a beaucoup de travail en que mairesse, occupation dont elle se sent très fière, bien qu'elle se soit très impliquée dans le nouveau processus et qu'elle sera enchantée "d'aider" du plus qu'elle pourra. Tant Barcelona En Comú que les autres acteurs de la nouvelle alliance savent que Colau est une clé essentielle et il est difficile de penser qu'on ne lui demande pas de prendre bientôt un poste de premier rang.

Notes :

1. Pere Navarro i Morera, né le 23 décembre 1959 à Terrassa, est un homme politique espagnol membre du Parti des socialistes de Catalogne (PSC). Il est député au Parlement de Catalogne depuis 2012, premier secrétaire du PSC entre 2011 et 2014 et maire de Terrassa de 2002 à 2012.

Commenter cet article